Comment s’organiser avec un Bullet Journal - Temps Action

Comment s’organiser avec un Bullet Journal

Il existe pléthore d’outils digitaux pour s’organiser. Entre Trello, Todoist, Evernote, Notion, Worfklowy, Google Agenda… vous avez l’embarras du choix !

Mais peut-être qu’utiliser la technologie pour vous organiser, ce n’est pas votre truc.

Peut-être que vous préférez garder les choses simples et utiliser un bon vieux papier et un stylo.

Si c’est le cas, vous devriez sérieusement considérer le Bullet Journal.

Le Bullet Journal est une méthode flexible qui permet non seulement d’organiser vos tâches et vos projets, mais aussi de centraliser vos données.

Dans ce guide, vous allez découvrir ce qu’est le Bullet Journal, quels sont ses avantages par rapport aux applications digitales et comment en créer un étape par étape.

Le Bullet Journal : définition

Le Bullet Journal, aussi appelé Bujo, a été inventé par Ryder Carroll, un designer et auteur américain.

Plus jeune, Ryder avait des problèmes de concentration et cherchait un moyen de mieux gérer son attention. Comme aucune méthode ne lui convenait, il inventa sa propre méthode qu’il surnomma le Bullet Journal.

Pourquoi ce nom ?

Parce que “bullet” en anglais signifie “puce” et que toute cette méthode repose sur un système de puces dont je vous parlerai un peu plus tard.

Le Bujo a 3 grandes fonctionnalités. Il permet à la fois d’enregistrer le passé, d’organiser le présent et de planifier le futur.

Sur votre Bullet Journal, vous retrouverez toutes vos tâches, vos projets, vos rendez-vous, vos idées, vos pensées… bref toutes les choses que vous avez besoin d’organiser.

Alors quels sont les avantages de cette méthode par rapport aux applications digitales ?

Le Bullet Journal vs les applications digitales

Le Bullet Journal vous permet de prendre le temps

Les applications digitales vantent souvent leur rapidité. Elles mettent en avant le fait que grâce à elles, vous pouvez vous organiser plus vite.

Effectivement, avec des applications comme Todoist, Trello ou encore TickTick, vous pouvez créer de nouvelles tâches et gérer vos projets en deux temps, trois mouvements.

Le Bullet Journal ne peut pas rivaliser face à la rapidité de tels outils. Vous mettrez toujours plus de temps à écrire à la main sur un carnet qu’à taper sur votre clavier. Alors quel est l’intérêt ?

Hé bien c’est justement d’aller moins vite, de ralentir le rythme et de prendre le temps de vous organiser.

Aujourd’hui on ne prend plus le temps de rien. Il faut que tout aille vite. On est sans cesse dans la précipitation.

Le Bullet Journal prend le contre-pied de tout ça. Il vous force à réfléchir, à prioriser et à vivre dans l’instant présent.

Le Bullet Journal est flexible

Les applications d’organisation sont pratiques, mais elles manquent souvent de flexibilité.

Quand vous les utilisez, vous êtes contraint de vous organiser au sein d’un écosystème. Vous n’avez pas la liberté de faire ce que vous voulez.

Prenez Evernote par exemple. Vous ne pouvez pas organiser vos carnets comme vous voulez. L’ordre alphabétique vous est automatiquement imposé.

Idem sur Todoist. Depuis peu, Todoist limite le nombre de projets sur lesquels vous pouvez travailler. Si vous voulez en ajouter en plus, vous devez passer à la caisse.

Ces applications vous imposent donc des contraintes.

Avec le Bullet Journal, vous êtes complètement libre. Vous partez littéralement de feuille blanche. Vous pouvez mettre vos notes dans l’ordre que vous voulez, vous n’avez aucune limite de projets.

Il vous suffit de connaître les fondamentaux de la méthode et ensuite vous pouvez vous organiser comme vous le voulez.

Le Bullet Journal améliore la concentration

Quand vous utilisez un ordinateur, un smartphone ou une tablette pour vous organiser, les distractions ne sont jamais très loin.

Vous êtes toujours à un clic de vous retrouver sur les réseaux sociaux, sur YouTube ou encore sur Netflix.

Avec un Bullet Journal, ces distractions sont inexistantes. Vous êtes donc bien plus susceptible de rester concentré.

Le Bullet Journal améliore votre mémorisation

Quand vous écrivez, les mouvements de votre main envoient des signaux bien plus riches à votre cerveau que lorsque vous tapez sur votre clavier.

Une étude menée en 2012 par l’Université de Washington de St Louis démontre d’ailleurs ce point.

Les chercheurs ont découvert que les étudiants qui prenaient des notes sur leurs ordinateurs oubliaient les informations essentielles après seulement 24h.

Ceux qui écrivaient à la main retenaient non seulement mieux les informations, mais comprenaient aussi mieux les concepts.

Une raison de plus de s’organiser avec un papier et un stylo.

L’expérience du Bullet Journal est riche

Le Bullet Journal est bien plus qu’une méthode d’organisation, c’est une véritable expérience.

Quand vous vous organisez avec un carnet de notes, vos sens sont stimulés. Aucune application ne peut égaler l’odeur d’un carnet de notes neuf, le grain des pages au toucher, le bruit des pages qui tournent, la sensation du stylo qui glisse sur la feuille.

Il n’y a pas d’expérience plus riche.

C’est pour toutes ces raisons que le Bullet Journal reste encore aujourd’hui une méthode d’organisation pertinente malgré les nombreuses applications digitales existantes.

Comment fonctionne le Bullet Journal ?

Voyons maintenant les fondamentaux du Bullet Journal. Une fois que vous les connaîtrez, vous pourrez créer un carnet de notes sur mesure qui répond parfaitement à vos besoins.

Les pages de base

Quand vous achetez un Bullet Journal, la première chose que vous devez faire, c’est créer les pages de base.

Ces pages sont les fondations de votre organisation. C’est sur elles que repose tout le système du Bullet Journal. Passons en détail chacune de ces pages.

Index : c’est la première page sur laquelle vous référencez toutes les pages importantes de votre Bujo. Grâce à lui, vous pourrez retrouver rapidement n’importe quelle information que contient votre carnet de notes.

index du bullet journal

Calendrier annuel : que l’on appelle aussi calendex ou future log. Le calendrier s’étend sur plusieurs pages et regroupe tous les événements importants de l’année comme les rendez-vous, les dates butoirs, les anniversaires…

calendrier annuel bujo

Master liste : la master liste regroupe toutes les tâches que vous prévoyez de faire au cours du mois. Si vous êtes le 31 mai par exemple, vous prenez une nouvelle page sur votre Bullet Journal et vous notez toutes les tâches à faire pour le mois de juin.

Assurez-vous de réserver au moins 3 à 4 pages pour votre master liste pour accueillir toutes les nouvelles tâches qui émergeront au cours du mois.

Calendrier mensuel : sur le calendrier mensuel, vous retrouvez tous les évènements importants du mois (vos rendez-vous, vos échéances, les anniversaires…). Vous y ajoutez aussi toutes les tâches que vous voulez faire à un moment spécifique.

Si par exemple vous voulez vous rappeler d’appeler Pierre le 6 juin, vous le notez dans votre calendrier mensuel pour ne pas l’oublier.

Les pages de tâches journalières : sur les pages journalières, vous notez toutes les tâches que vous devez faire pour la journée.

Quand vous commencez une nouvelle journée, vous regardez votre master liste et votre calendrier mensuel et vous recopiez toutes les tâches et évènements pour le jour en question.

Pour résumer, voilà à quoi ressemble la structure d’un Bullet Journal :

  • Index (réservez 2 pages)
  • Calendrier annuel (réservez 4 pages)
  • Master liste du mois de janvier (réservez 3 pages)
  • Calendrier du mois de janvier (réservez 2 pages)
  • Les pages de tâches journalières (réservez autant de page dont vous avez besoin)
  • Master liste du mois de février (réservez 3 pages)
  • Calendrier du mois de février (réservez 2 pages)
  • Les pages de tâches journalières (réservez autant de page dont vous avez besoin)

Le système de puce

Les puces sont un concept central à bien comprendre pour utiliser le Bullet Journal. C’est d’ailleurs ce qui lui vaut son nom (bullet signifie puce en anglais).

Les puces sont des symboles que vous mettez en face des éléments que vous ajoutez à votre Bullet Journal pour identifier leur nature, mais aussi pour indiquer ce que vous avez fait de l’élément en question.

puces bujo

On retrouve différents types de puces :

  • Le point = tâche à faire
  • Le point barré = tâche accomplie
  • Le point avec une flèche qui pointe vers la droite = tâche reportée le jour suivant
  • Le point avec une flèche qui pointe vers la gauche = tâche déplacée dans la master liste ou le calendrier
  • L’élément barré = élément qui n’est plus pertinent / plus d’actualité
  • Le rond = évènement
  • Le triangle = rendez-vous
  • L’astérisque = élément important
  • Le trait = notes / réflexion / pensée

Ces puces vous permettront de savoir en un coup d’œil quelle est la nature des éléments que vous avez ajoutés à votre Bujo.

La migration

Voici un autre concept important du Bullet Journal. La migration consiste à recopier un élément (tâche, rendez-vous, échéance…) d’une page à une autre sur votre carnet. Celle-ci peut intervenir dans différents cas de figure.

Le premier cas de figure le plus commun est celui de la migration de votre master liste vers vos pages de tâches journalières.

Chaque jour, vous regardez ce que vous avez à faire dans votre master liste. Vous choisissez ensuite les tâches sur lesquelles vous allez travailler au cours de la journée puis vous les recopiez de votre master liste vers votre page de tâches journalières.

Un autre cas de figure est celui de la migration de votre calendrier annuel vers votre calendrier mensuel.

Quand vous commencez un nouveau mois, vous créez un nouveau calendrier mensuel dans votre Bullet Journal.

Une fois que vous l’avez créé, vous recopiez les rendez-vous, anniversaire, échéance… De votre calendrier annuel vers votre calendrier mensuel.

Enfin un dernier exemple de migration est celui de la migration entre vos master listes.

Admettons que vous soyez le 31 mai et qu’il vous reste encore des tâches à faire sur votre master liste du mois de mai.

Ce que vous allez faire c’est que vous allez créer votre master liste du mois de juin et migrer toutes les tâches restantes du mois de mai vers cette dernière.

Ce ne sont que quelques exemples de migrations, mais il en existe d’autres. Retenez juste que la migration consiste à recopier un élément d’une page vers une autre.

L’interconnexion (threading)

Appelé threading en anglais, L’interconnexion est une façon de lier plusieurs pages entre elles.

Pour comprendre ce concept, prenons un exemple.

Admettons que vous travailliez sur un projet de création de site web. Vous commencez une nouvelle page sur votre Bullet Journal, disons la page 32.

Sur cette page vous notez différentes idées de nom que vous pourriez donner à votre site. Vous dessinez des croquis du design de votre site. Vous réfléchissez aux différentes pages que vous pourriez créer… Bref, vous êtes en plein brainstorming.

2h plus tard, vous avez une réunion, au cours de laquelle vous prendrez certainement des notes.

Le problème c’est que vous n’avez toujours pas fini de travailler sur votre projet. Si vous prenez des notes de réunion sur la page 31, vous n’aurez plus de place pour continuer de travailler sur votre projet. Alors comment faire ?

Vous pourriez laisser la page 33, 34 et 35 vierge pour continuer de travailler sur votre projet puis prendre vos notes de réunion sur la page 36.

Mais c’est est toujours compliqué de savoir à l’avance combien de pages vos projets nécessitent.

Une meilleure façon de faire est d’utiliser l’interconnexion.

Avec l’interconnexion vous ne réservez aucune page vierge. Vous continuez de prendre vos notes sur la page suivante comme si de rien n’était.

Donc sur la page 32 vous prenez des notes relatives à votre projet et sur la page 33 vous prenez vos notes de réunion.

Une fois votre réunion terminée, vous commencez une nouvelle page, par exemple la page 37 et vous reprenez là où vous aviez arrêté votre projet.

Puis vous interconnectez la page 32 avec la page 37. C’est-à-dire qu’en bas de la page 32 vous écrivez 37/32 et en bas de la page 37 vous écrivez 32/37.

De cette façon, quand vous êtes sur la page 32 vous savez que la suite du projet se trouve à la page 37 et quand vous êtes sur la page 37, vous savez que le projet commence à la page 32.

interconnexion ou threading pages bujo

L’interconnexion, vous permet de contourner la contrainte d’espace que vous avez sur le Bullet Journal et de gagner en flexibilité.

Les collections personnalisées du Bullet Journal

On a vu un peu plus tôt que pour appliquer la méthode du Bullet Journal, vous devez créer plusieurs pages de base : l’index, le calendrier annuel, la master liste, le calendrier mensuel et les pages de tâches journalières.

Maintenant il existe d’autres pages optionnelles qui vous permettent d’enrichir l’utilisation de votre Bullet Journal.

On appelle ces pages les collections personnalisées. Il faut les voir comme des applications que vous “téléchargez” sur votre Bujo.

Vous pouvez par exemple créer un tracker de sport. Cette collection vous permettra de mesurer l’évolution de vos performances sportives.

tracker sport

Vous pouvez aussi suivre votre sommeil, votre humeur et votre stress. Chaque jour, vous écrivez sur votre journal, le nombre d’heures que vous avez dormi et vous notez votre humeur et votre stress de 0 à 10.

tracker qualité de vie

Et ce ne sont que 2 exemples de collections personnalisées. Vous pouvez en créer plein d’autres selon vos besoins.

Comment démarrer avec le Bullet Journal

Voici 5 étapes pour bien commencer :

  • Étape 1 : créez votre index au début de votre carnet de note (1 page recto/verso).
  • Étape 2 : ajoutez votre calendrier annuel (2 page recto / verso), notez tous les évènements et rendez-vous importants de l’année, puis référencez la page “Calendrier annuel” sur votre index.
  • Étape 3 : faites votre master liste pour le mois en cours (4 pages recto/verso) et notez toutes vos tâches. Assurez-vous de laisser de la place pour toutes les tâches que vous ajouterez au fur et à mesure du mois. Référencez là aussi votre master liste sur l’index.
  • Étape 4 : créez votre calendrier mensuel et migrez les événements du calendrier annuel vers le calendrier mensuel. Puis référencez votre calendrier mensuel dans votre index.
  • Étape 5 : préparez votre journée en créant une nouvelle page journalière et migrez les tâches que vous décidez de faire de la master liste vers votre page journalière.

En suivant ces quelques étapes, vous pourrez commencer dès maintenant à utiliser la méthode du Bullet Journal.

Conclusion

Le Bullet Journal est une excellente méthode pour s’organiser. Elle vous permet de prendre le temps, elle est flexible, elle améliore votre concentration et votre mémorisation.

C’est une expérience sans égale.

La méthode du Bullet Journal repose sur 5 fondamentaux :

  • Les pages de base : Ce sont les pages dont vous avez besoin pour organiser vos tâches et vos projets. Il y a l’index, le calendrier annuel, la master liste, le calendrier mensuel et les pages de tâches journalières.
  • Le système de puce : Les puces sont des symboles que vous mettez en face des éléments que vous ajoutez à votre Bullet Journal pour identifier leur nature, mais aussi pour indiquer ce que vous avez fait de l’élément en question.
  • la migration : La migration consiste à déplacer un élément d’une page à une autre en le recopiant.
  • L’interconnexion (threading) : L’interconnexion est une façon de contourner la contrainte de place sur un carnet de notes. Elle consiste à référencer les pages entre elles pour créer une continuité.
  • Les collections personnalisées : Les collections personnalisées sont des pages spéciales que vous ajoutez à votre Bullet Journal pour lui ajouter des fonctionnalités.

Maintenant, vous êtes peut-être intimidé à l’idée de mettre tout ça en place dans votre coin.

Pour aller plus loin, je vous invite à télécharger le guide complet du Bullet Journal pour découvrir comment créer votre Bujo de A à Z.

À propos de l’auteur

Simon Cavé est le fondateur d’Everlaab, le média qui parle de productivité, d’organisation, de concentration, de modèles mentaux et bien plus.

Photo © sorsillo

Poster un commentaire :

5 commentaires
Laetitia dit

J’en ai lu, des articles sur le bullet journal ! J’ai testé à plusieurs reprises pour, à chaque fois, me décourager après quelques semaines. Bénéfice certain mais trop long…
Mais cet article me donne presque envie de recommencer. Simple, clair, factuel. Des exemples de pages minimalistes. C’est rafraîchissant, ça désencombre. Merci ! Je m’en inspirerai si je saute à nouveau le pas.

Répondre
    Simon Cavé dit

    Merci pour votre message Laetitia. Effectivement, l’approche minimaliste est moins prise de tête je trouve.

    Répondre
Gabriel dit

En effet, rien n’égal le bujo. Je l’utilise maintenant depuis quelques mois (7 pour être précis) et depuis, je ne m’en passe plus. J’aime le côté « no-stress » qu’il procure.

Et bien que je sois toujours très ouvert à toutes les nouvelles technologies (j’ai d’ailleurs fait des études d’informatique), il est toujours agréable de prendre le temps d’écrire sur du vrai papier avec un vrai stylo 🙂

Si vous hésitez encore, lancez-vous, vous verrez bien !

Gabriel du blog 30-jours-pour-reussir.com

Répondre
    Simon Cavé dit

    Absolument ! Ça fait du bien de s’éloigner des écrans de temps en temps.

    Répondre
Baptiste dit

Mon dieu moi qui prône la déconnexion numérique, je me rends compte que j’organise mon planning avec Trello… alors que sous mon nez il existe cette méthode du Bullet Journal qui me paraît vachement efficace et rigoureuse ! Chapeau !

Je vais la tester de ce pas !

Par contre pour ce qui est de décrocher du smartphone je suis au top, je partage même mes conseils dans la checklist pour se déconnecter, c’est gratuit et dispo ici : https://bit.ly/3z6xW3a

Baptiste de Marmite Minimale 🙂

Répondre
Ajoutez Votre Réponse

Share This